3- Résidence assignée

Le projet : fabriquer non pas une utopie, plutôt, une infratopie : quelque chose présent sous notre propre lieu. Sous notre propre lieu, donc là, Aubervilliers. Un territoire de fiction qui se superpose au lieu de vie des élèves.

Consigne d’écriture à la fin d’un atelier où nous avions travaillé à vider nos sacs (car il faut bien commencer par là avant d'élaborer quelque chose) : écrire sur papier libre deux séries de nombres, avec seulement, en haut à gauche, le nom et prénom de l’élève. Sans plus d’explication.

Les deux séries de nombres devaient être ainsi construites :

Série A :

1- un nombre de 53 à 55
2- un nombre de 30 à 60
3- un nombre de 00 à 100

Série B :

1- un nombre de 21 à 23
2- un nombre de 47 à 60
3- un nombre de 00 à 100

La consigne était un brin absurde, et livrait forcément au hasard. Ces encadrements de nombres déterminaient en fait un périmètre, un rectangle entre deux longitudes, deux latitudes : le territoire futur de la fiction à construire :

Au Nord limite 48° 55 ’30. 00 ‘’N ,
Au Sud limite 48°53’30.00’’ N
A l’Est limite   2°21'47.00"E
A l’Ouest limite   2°23'47.00"E

Une aire, qui, approximativement, couvre Aubervilliers, une partie de Pantin, La Courneuve, Saint-Denis, et l’extrême nord du 19ème arrondissement de Paris. Sans le savoir, chacun a ainsi déterminé le lieu d’habitation d’un personnage fictif à construire. Ces coordonnées ont ensuite été converties en autant d’adresses.

Ce fut la première existence des personnages à créer : un point, un lieu.
Il est possible sur ce site d'aller interroger les histoires, et les personnages, par leur localisation.

Ce personnage juste créé, connu par ces coordonnées GPS, son emplacement sur Google Earth, son adresse postale, l’idée a été d’aller numériquement au plus près de lui, se déplacer dans Google street view pour voir son immeuble, décider quelle est sa fenêtre.

Puis, travelling 180°, voir ce que lui même voit de sa fenêtre, en rendre compte.

 

Image : vue Google Earth des localisations produites au hasard de leur volonté (mais c'est bien cela!) par les élèves